Pour innover, connectez-vous à votre monde intérieur


Sans un alignement sincère entre les valeurs et l’action, il ne pourra y avoir de changement véritable. C’est ce que propose Betsy Parayil-Pezard, coach de dirigeants et co-fondatrice de Connection Leadership, cabinet de conseil en transformation des entreprises, voix anglaise de l’application Petit Bambou, auteure de Réveiller sa vie à la méditation de pleine conscience (éd. Marabout), et co-présidente de l’association Mindfulness Solidaire.

Notre relation au travail mute sans cesse, et notre vision du leadership en entreprise doit prendre en compte cette houle permanente. Face à la crise sanitaire actuelle, la décision de protéger notre santé par des mesures qui nous empêchaient de travailler a provoqué une remise en question générale de la place du travail dans nos vies.


Ce que la crise nous a enseigné

Chacun a constaté que les travailleurs essentiels n’étaient pas les mieux rémunérés, prolongeant les débats sur la justice sociale qui avaient commencé avec les « gilets jaunes ». Loin des bureaux, beaucoup de travailleurs souhaiteraient conserver au moins en partie le télétravail expérimenté pendant le confinement. Nous nous sommes aussi demandé pourquoi nous vivions entassés dans des villes, et un exode urbain semble désormais bien enclenché. Au milieu de cette rentrée pleine d’incertitudes, une seule chose est sûre : le chômage progresse et le PIB recule. Mais dans le même temps, pendant la partie la plus aigüe de la crise, nous avons assisté à l’émergence d’une grande créativité, d’une agilité accrue pour se réorganiser en fonction des besoins, à l’expression d’une forte solidarité. Nous avons aussi vu apparaître pléthore d’offres de services gratuits. 

Tout au long du printemps 2020, les chefs d’entreprises ont transmis des messages rassurants. « Le monde est plein d’opportunités… Elles n’attendent plus que nous », a par exemple annoncé Sébastien Bazin, PDG du groupe ACCOR. D’autres grands patrons ont pris la parole pour « dissiper toute inquiétude ». De manière générale, les entreprises ont soutenu que la crise ne faisait que valider des valeurs déjà existantes et renforcer une raison d’être préalablement définie. Notre système économique carbure à la confiance et à l’optimisme. Cette mécanique demeure le reflet de notre besoin individuel et collectif de croire en la promesse d’un futur meilleur.

Creuser encore davantage

Il serait compliqué pour les entreprises, en pleine crise, de se poser publiquement des questions liées au sens, même si parallèlement leurs dirigeants se sont rapidement réunis à huis clos afin d’élaborer des stratégies fortes destinées à éviter la casse. Malgré leurs déclarations pleines de solidarité et d’espoir, les entreprises ont bien observé que le doute, qui s’était déjà installé depuis que nous avions découvert l’avancée des dégâts écologiques sur notre pauvre planète, avait gagné du terrain. C’est pourquoi je pense qu’au-delà de ces paroles réconfortantes, dont nous avons évidemment besoin, les entreprises peuvent creuser encore plus profondément pour générer un leadership plus aligné avec des valeurs humaines.   En m’adressant aux leaders dans l’entreprise, j’abonderai ce discours résolument optimiste car l’espoir reste dans mon esprit une obligation morale. L’optimisme est la seule voie par laquelle un être humain peut stimuler sa créativité et construire des solutions. Sans espoir, nous fermons les portes de l’avenir à nos enfants et nous mettons, par le cynisme et le pessimisme, encore plus de pression sur les structures de notre société qui, malgré toutes leurs failles, nous ont permis de gagner de façon exponentielle en qualité de vie à travers le dernier siècle.

Dans cette période tellement chahutée par les incertitudes, je voudrais vous inviter à vous connecter à votre monde intérieur afin de créer un espace précieux de stabilité et de créativité. C’est là que naissent en vous les idées et l’engagement nécessaires à la poursuite de notre histoire commune. En vous, un réseau de croyances irrigue et informe l’ensemble des décisions que vous prendrez en tant que leader. Quels sont les fondements de votre philosophie personnelle ? Qu’est-ce qui est vrai pour vous ? Que savez-vous avec le plus de certitude possible ? Et qu’est-ce qui est en évolution, en train de devenir plus incertain dans votre esprit ? Je vous invite à prendre conscience de l’architecture invisible de vos croyances, car c’est elle qui définit les limites de vos possibilités et celles de toutes celles et tous ceux qui travaillent sous votre responsabilité.

Aligner le monde intérieur et le monde extérieur

Pour agir sur le monde extérieur, il nous être capables d’agir sur notre monde intérieur. Pourquoi ?
Le monde extérieur que nous critiquons, ce monde qui semble loin de ce que nous sommes, trouve ses racines dans notre monde intérieur. Or, peu d’entre nous savons regarder ce que nous n’aimons pas dans notre entreprise en nous demandant comment nous-mêmes nous allons nous transformer, afin de changer ce que nous observons. Mais en cherchant à prendre de la distance avec ce que nous redoutons, il devient impossible d’agir sur les autres. Notre influence en tant que leader émane surtout de ce que nous incarnons. Les véritables transformations opèrent au niveau intérieur, individuellement et collectivement, avant d’émerger à l’extérieur de nous-mêmes. Le manque de culture, de connaissances et d’expériences pour saisir intellectuellement les liens entre les éléments visibles et ceux qui ne le sont pas empêchent le décideur de mettre en action, à son propre niveau, ce qu’il conseille pourtant si facilement aux autres. Ce paradoxe est le plus grand frein des transformations des organisations. L’heure est venue pour les décideurs d’emprunter ce chemin vers un leadership éclairé. Sans se transformer véritablement, sans aligner activement sa vie avec ses valeurs, il est difficile, voire impossible, de devenir le leader authentique d’une transformation organisationnelle ou sociétale. Ce travail d’alignement n’est pas un épiphénomène, mais un nouvel état d’esprit, un chemin jalonné de prises de conscience.

Devenir plus conscient de ce squelette interne représente une nouvelle voie pour les leaders. Et il ne suffit pas seulement d’en prendre conscience : il s’agit de vraiment s’engager à incarner davantage les valeurs humaines qui sommeillent en nous. Pour s’élever à la hauteur des challenges qu’affronte l’humanité, il est essentiel d’assumer la philosophie et les valeurs qui nous animent véritablement. Il y a quelques décennies, les chefs d’entreprise n’avaient pas autant de d’impact sur le cours de l’histoire. Aujourd’hui, les décisions prises par le milieu des affaires surplombent l’autorité des États : l’impact des chefs d’entreprise sur le monde est indiscutable. De ce fait, l’évolution de la conscience intime des décideurs ne peut qu’avoir un effet direct important sur le futur de l’humanité et de notre planète.



Retrouvez l'article source "Des experts éclairent la fin du management, et la faim de leadership"

Partager cet article
Derniers articles
Inscription à notre newsletter

En souscrivant à notre newsletter, vous acceptez que vos données soient collectées par IMM Paris.
Pour vous informer sur le règlement général sur la protection des données de 2018
(RGPD /GPRD), nous vous recommandons de consulter les textes officiels et le site de la CNIL où vous trouverez notamment les textes législatifs officiels relatifs à ce règlement.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.