Espace alumni

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.

Numérique : vers un regain de démocratie ?

Publié le

En cette année pré-électorale pour la France, l’utilisation du numérique en politique et dans la vie du citoyen est plus que jamais d’actualité. La question est de savoir si le digital permettra de répondre véritablement aux grandes problématiques sociales.

Abstention massive, méfiance vis-à-vis des partis politiques, montée des extrémistes… Le constat est alarmant : on assiste à une crise sans précédent des démocraties occidentales. Face à ce désengagement de la vie citoyenne, de nombreuses initiatives sont mises en place, tant du côté des populations que des élus et des gouvernements pour tenter de remettre le citoyen au cœur de la démocratie. Le vote ne suffit plus, il faut redonner du sens aux électeurs en les intégrant dans le processus de décision et d’action entre chaque élection.

Le digital au service de l’intérêt commun

Elisa Lewis et Romain Slitine, auteurs du livre Coup d’Etat citoyen (septembre 2016), ont répertorié pendant deux ans plus de 80 projets en France et à l’étranger qui ont fait leurs preuves. Par exemple, en Islande, des citoyens sont tirés au sort pour rédiger eux-mêmes leur Constitution ; en Argentine et en France, les électeurs co-écrivent les lois avec les parlementaires sur des plates-formes collaboratives. A l’instar de cet ouvrage, la Social Good Week, qui s’est tenue du 30 novembre au 6 décembre 2016, avait pour objectif de faire connaître, fédérer et encourager les porteurs de projets qui utilisent le numérique au service de l’intérêt général, sur le thème du citoyen, du bénévolat et de l’éducation.



Le point commun entre toutes ces actions ? L’utilisation des nouvelles technologies. En effet, le développement des équipements numériques et la démocratisation d’Internet donnent lieu à de nouveaux usages. D’après le baromètre numérique 2016 , réalisé par le Crédoc et publié par l’Arcep, 87 % des Français déclarent surfer sur le web (74% tous les jours, soit +6 points par rapport à l’année dernière). Désormais deux tiers d’entre eux déclarent réaliser des démarches administratives en ligne et tout autant estiment que le web est un élément important pour se sentir intégré dans la société. Il ne fait ainsi aucun doute que le numérique a une place de choix dans la vie politique et des citoyens.

Le numérique, un des outils pour la démocratie

Alors les geeks peuvent-ils sauver la politique ? C’est en tout cas l’accroche qu’a choisie l’association Démocratie Ouverte pour la première édition du forum de la Civic Tech. Les Civic Techs sont des plates-formes web utilisant les nouvelles technologies pour renforcer le lien entre les citoyens et le gouvernement. Le terme « sauver » peut sembler un peu fort, comme le précise Romain Slitine au journaliste de Rue89, Rémi Noyon : « le numérique est un élément accélérateur. Mais dans les expériences les plus intéressantes, ce n’est que l’un des éléments. » En ce sens, Internet permet d’ores et déjà de s’informer, de communiquer avec les élus et les candidats mais également de prendre part à la vie politique.

L’impact des réseaux sociaux en la matière a d’ailleurs fait ses preuves lors des élections américaines et il ne fait aucun doute que la campagne présidentielle française se mettre elle aussi à l’heure du numérique. Mais plus que pour s’informer, le digital installe une véritable démocratie participative permettant aux citoyens de s’engager concrètement dans la transformation de la société. Ainsi, la Mairie de Paris alloue chaque année 5% de son budget à la construction d’un projet co-géré par les habitants de la ville. De même, Make.org, créé par Axel Dauchez que nous avons interviewé, met en relation les élus et administrateurs avec les citoyens pour mettre en place des propositions concrètes.



Autre apport important du numérique : la transparence et la gouvernance ouverte. Grâce à des plates-formes comme Questionnezvoscandidats.org , l’internaute peut poser des questions directement aux hommes politiques. Bien au-delà, le gouvernement français s’est engagé dans un processus de transparence en intégrant le Partenariat pour un Gouvernement Ouvert (PGO). Inauguré en 2011, l’organisme compte aujourd’hui 70 membres et vise à obtenir des engagements concrets des gouvernements en matière de transparence et d’automatisation des citoyens, de lutte contre la corruption et de promotion l’exploitation des nouvelles technologies pour renforcer la gouvernance. A la présidence du PGO pendant un an, la France a d’ailleurs organisé le Sommet mondial du PGO du 7 au 9 décembre dernier.

Citoyen et numérique : attention aux désillusions

Le digital ne peut toutefois pas être la réponse universelle au mal-être des sociétés occidentales. Il ne faudrait pas tomber dans le solutionnisme technologique, sorte de fantasme consistant à résoudre tous les problèmes grâce à la technologie. Comme le rappelle Armel Le Coz, co-fondateur de Démocratie Ouverte, « être un citoyen connecté, c’est d’abord être un citoyen tout court ».

Outre leur motivation, les citoyens ne sont aujourd’hui pas tous égaux face au numérique. Les infrastructures ne suffisent pas. « Si les gens ont accès aux outils, certains ne se sentent pas forcément toujours à l’aise dans l’environnement numérique. Il y a un vrai besoin de diffuser la culture numérique dans notre pays », estime Axelle Lemaire. Lors de la diffusion du baromètre numérique 2016, la secrétaire d’Etat chargée du numérique et de l’innovation a dévoilé de nouvelles mesures pour améliorer les politiques de médiation numérique dans les territoires. Par exemple, la création du dispositif « chèque numérique » devrait faciliter l’accès et la compréhension du plus grand nombre aux nouvelles technologies et à la dématérialisation.

Partager cet article
À propos de l'IMM

La vocation des programmes de l'IMM est de former les cadres dirigeants au management de leur secteur à l'ère post-digitale.

Infos pratiques

IMM Paris (MediaSchool)
22 rue Duban – 75016 Paris

Lieu des formations :
10-12, rue Lyautey – 75016 Paris
Métro : La Muette (9), Passy (6)
RER : Boulainvilliers (C)

Rosa Luna-Palma
Directrice Générale

Pierre Varrod
Directeur des contenus

Maral Papazian

Chargée de production


01 55 74 03 25 -